Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 12:53
Bonjour à tous,

Nous visitons
Arthé, le 1er musée au monde de la veilleuse-théière situé à Dinan. La collection appartient à Gilles Roullier, qui commença dès son plus jeune âge à chiner en compagnie de son père. Gilles possède le plus grand nombre de veilleuses-théières visible à ce jour, 790.
La préférée de Gilles


Au premier abord, Arthé est un salon de thé, ou l'on peut déguster et acheter 60 variétés de thés les plus rares et les plus savoureux. Fin connaisseur, Gilles chronomètre le temps d'infusion qui varie en fonction des saveurs.
Dans ce lieu magique, en écoutant Bach et en savourant une bonne boisson, on découvre petit à petit le musée et ses curiosités. Des objets rares décorent le magasin. Un miroir de sorcière, une armure de samourai, Gilles aime s'enrichir de ces objets hors du commun et qui font de son salon de thé un endroit unique au monde.


Qu'est-ce que la veilleuse-théière?
En anglais tea-warmer, la veilleuse théière permet d'insérer une bougie à sa base pour maintenir le thé au chaud et éclairer.

Plus d'info :
ArThé : 19, rue de l'Apport, 22100 Dinan
Tél : 02 96 87 48 45
Courriel : arthe22@wanadoo.fr
Repost 0
Published by Yanou - dans Bretagne
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 13:02
Bonjour à tous,

Si au Japon, la mascotte que l'on retrouve partout est le personnage japonais Hello Kitty, celle qui est le plus à la mode en ce moment en France est plutôt chinoise. Devinez : Elle est souvent habillée en rouge avec deux chignons en guise d'oreilles sur la tête. Allons, vous ne trouvez pas? Mais si bien sûre, c'est Pucca !

En carte postale, en sac à main, sur des stylos ou des cahiers, Pucca, bien que loin d'être française, fait l'unanimité chez les jeunes, fatigués de collectionner son rival allemand, Diddl.
Mais laquelle des deux est la plus forte? A en explorer les produits dérivés à vendre sur leurs sites officiels, je pencherais plutôt pour Hello Kitty.
Dans quelques instants, la réponse en images : (Attention c'est trash! âmes fragiles s'abstenir...)

IMG_1068 par La Fragua
Au final, c'est Hello Kitty qui gagne, mais vous remarquerez que Pucca, bonne perdante, garde le sourire...

Plus d'info :
Site officiel de Hello Kitty : link
Le site
officiel de Hello Kitty au Japon est très différent de la version française. Il s'avère être idéal pour faire des progrès en japonais : link
Site officiel de Pucca : link
Site officiel de Diddl : link
Blog Hello Kitty, quand Hello Kitty tue Pucca : link
Repost 0
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 13:07

Pyjama hamtaro acheté à Shinjuku lors de notre dernière journée au Japon

Si vous vous imaginer qu'en vivant à Lamballe on mène une vie calme et tranquille, détrompez-vous. Les jours et surtout les nuits passent mais ne se ressemblent pas:

- Lundi :
Réveillée vers 4:00 du matin en n'ayant qu'une seule phrase à la bouche : "ça pue!" En effet, il y a non loin de là la Cooperl qui fait sans doute brûler les carcasses de cochons morts. L'odeur est incroyablement horrible...
7:00, l'allarme d'un véhicule se déclenche et sonne durant une longue minute.

- Mardi :
Réveillée vers 6:00 du matin par  le camion qui ramasse les poubelles.

- Mercredi :
Comme tous les matins, réveillée à 7h par l'angélus car nous résidons tout près de l'église Saint-Jean.
12:00, la sirène des pompiers hurle tandis que je suis tranquillement installée à peindre dehors.

- Jeudi :
Joie et bonheur, c'est le marché sur la place située à 50 m de chez nous, les marchands s'installent très tôt.
Il est quelle heure déjà?

- Vendredi :
5:00, le camion de nettoyage fait des aller-retour dans les rues de Lamballe.
6:00, le camion des éboueurs passe.
7:00, comme d'habitude, l'angélus sonne de nouveau.
15:00, un enterrement fait sonner les cloches de l'église durant une demi-heure.
19:00, comme tous les jours, l'angélus...

- Samedi :
3:00, un cinglé hurle de tout ses poumons, à moins que ce ne soit une bagarre.

...

Un mois passé à Lamballe me fait me souvenir de la quiétude des rues japonaises, où les gens, même ivres, restaient suffisamment respectueux des autres pour ne pas hurler au beau milieu de la nuit.
Ici, à Lamballe, commune de moins de 11 000 habitants, les vendredis soirs et les samedis, les gens parlent fort dans les rues, crient, se bagarrent (j'en ai vu se bagarrer à plusieurs reprises), bref, empêchent les autres de dormir.

L'autre jour, un ami peintre m'a demandé si les japonais ne sont pas comme des boeufs à tous suivre le même chemin sans réfléchir. Je lui ai répondu que ceux qu'ils considéraient comme des boeufs, je les concidèrent comme hautement civilisés.

La question de la soirée sera, vais-je réussir à passer une nuit paisible dans cette petite ville pourtant si bruyante?

O yasumi nasaï, bonne nuit...
Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 13:10

Panneau indiquant la pyramide, en japonais : ピラミッド (piramiddo)

Moku nous a emmenés hier à un festival hippy à Yanagawa. Le soir, c'est la fête. Cherchant les toilettes, je visite le sous-sol très étrange que je regrette de ne pas avoir pris en photo.
Au centre de la Pyramide, à l'étage inférieur, un autel dédié au fondateur de celle-ci est illuminé de lumières  étonnantes. Des lampes colorées aux formes  surprenantes servent de décorations.
Plus loin, une pièce sans porte. Au centre, un lit avec un matelas à eau. Je ne m'attarde pas.

La fête se termine et vers 4h, tout le monde se couche à même le sol, dans des sacs de couchages. J'emmène Pierre vers la pièce comprenant le lit. "Comment as-tu trouvé ça?"
Nous nous endormons malgré l'eau glacée à l'intérieur du matelas.
A sept heures, tout le monde se lève. Pitié, à peine 3h de sommeil !!! Quelqu'un allume le néon au-dessus du lit. Je m'empresse de l'éteindre grâce à la ficelle suspendue au-dessus de moi.
En me réveillant, je me rends compte des objets qui m'entourent : une platine, des câbles électriques, une lampe de chevet. Qu'est-ce que c'est que cette pièce?
D'un coup, Pierre se lève. Le matelas vient de se crever, l'eau, jaune, transparente, dégouline sur le drap blanc puis sur le sol.
Je suis debout, regardant ce lit que ressemble plutôt à un billard mais en plus fin et en plus long. Une idée me traverse l'esprit : Nous avons dormi sur la tombe du fondateur.
J'efface rapidement cette sombre idée pour sortir de la pièce dont l'entrée est barrée par une chaise, comme s'il était interdit d'entrer là.

Nous montons au rez-de-chaussée où nous nous arrêtons, stupéfaits.


Il est 9h, les gens sont allongés par terre. Une femme émet différents sons avec d'étranges instruments qu'elle passe au-dessus de ces gens. Peut-être de la méditation?
Puis, les gens se relèvent tout doucement et préparent l'étape suivante : Concert de musique indienne.
Pierre et moi décidons pendant ce temps-là d'aller au Onsen prendre un bon bain, dans la montagne.


La pyramide vue de loin.


C'est un bassin privé qui appartient à un hôtel. Nous nous retrouvons seulement à deux dans le Onsen.
Frais et surtout mieux réveillés, nous retournons au festival où la journée continue, de concert en concert.
Les groupes, portant parfois des vêtements en lin naturel ou des dredlocks jouent des musiques aussi surprenantes que différentes.
Dehors, de petits stands proposent un choix de nourriture bio ou faite maison.
Là, nous rencontrons
le chanteur du groupe de musique Hynoco que les japonais appellent Master (prononcez Masta). Par la suite, Masta nous enverra un DVD de son travail en tant que sculpteur. Je suis tellement impressionnée que je lui demande si je peux travailler avec lui la semaine prochaine. Lui et sa femme acceptent de me recevoir chez eux pendant une semaine juste après le départ de Pierre. C'est génial !


Moi et Masta dans la pyramide
Repost 0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 13:12

Je me permets de vous présenter notre hôte, Moku Teraoka, que nous avons rencontré à Osaka et qui nous reçoit en ce moment même dans son chalet à Yatsugatake. Moku travaille en ce moment sur un projet de vidéo reportage qui m'a beaucoup touché et dont vous pouvez avoir un aperçu sur Youtube à l'adresse suivante:
http://fr.youtube.com/watch?v=Cdr4vEIGKws
Moku est aussi plasticien à ses heures perdues et vient de remporter le premier prix de sculpture au musée National des arts de Tokyo. N'hésitez pas à voir son blog en version originale:
http://hosomichi.typepad.jp/blog/
Ou avec la version (bancale) traduite par google :

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fhosomichi.typepad.jp%2Fblog
Repost 0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 18:06


La nuit a été rude, couchés à 5h et levés à 9h pour préparer les bagages. Les JSW viennent nous prendre et nous partons jusqu'à la maison de Moku, 10h de trajet en bus car il faut ramener chaque personne. C'est Kobayashi san qui conduit malgré la fatigue du concert et après avoir fait la fête toute la nuit !!!
Vers 22h, nous nous arrêtons dans un Onsen, un bain public où nous profitons des sources chaudes, les filles avec les filles, les garçons avec les garçons, car ici, chacun est nu.
Nous arrivons vers 23h30 chez Moku, heureux, comme des coqs en pâte.

Repost 0
Published by Yanou - dans Osaka
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 18:04

Nous rentrons ce matin vers 4h, encore une fois avec un taxi car le premier métro n'est pas avant 5h. Je rencontre vers 13h Nikko, celui qui nous a trouvé notre guest house car j'aimerais bien en changer, vu que la cuisine est bien souvent considérée comme zone sinistrée et que je me réveille généralement en plein milieu de la nuit à cause des fêtes organisées par les locataires voisins... Mais les guest house que me montrent Nikko ne me conviennent pas, trop sombres, trop petites, etc.
Sur le coups de 16h, je déjeune avec Pierre dans un parc bordé de petites maisons bleues, seul logement qu'un SDF peut s'offrir, puis nous partons en directions de Shinsaibashi, à l'American Mura (=village) où au Big Cat se joue le concert des Jun sky Walker(s) car il va bien falloir rendre à ce cher Kobayashi san son permis de conduire, non?
Nous arrivons donc vers 18h au Big Cat. Le concert est commencé depuis une heure et
sur les portes des panneaux : “sold out”. Nous rentrons dans la boîte, à l’accueil, nous nous présentons comme les amis du batteur du groupe. Ils nous demandent son nom, Pierre montre alors le permis de conduire. Ils nous regardent avec surprise puis nous demandent notre nom. Nous rentrons alors avec chacun un badge qui nous permet d’aller où bon nous semble dans la boîte.


Dans la salle, un spectacle incroyable, des milliers de gens, chantant en même temps que le groupe et brandissant des écharpes portant son nom.

 


Au fond de la scène, Kobayashi san joue de manière virtuose. Mon passe me donnant le droit d'aller où je veux, je me place de manière à pouvoir prendre de belles photos.



Je réalise même une petite vidéo que voici :

 

 

Le concert se termine, Moku san vient nous chercher, je lui demande si le groupe est connu, « c’est une légende » me dit-il. Le groupe fête cette année ses 20 ans. Incroyable. Nos deux complices se restituent leurs biens respectifs, puis, sur les coups de 21h nous nous retrouvons dans un restaurant espagnol où nous mangeons et buvons jusqu’à 4h du matin.

 


Tout le monde à le droit à son "waniyanai" (=c'est pas moi) sur la main ou sur le bras, dessiné par un docteur, ami d'enfance du groupe.

L’ambiance est familiale, si l’on ne prête pas trop attention aux groupies. Moku san et Kobayashi san partent ensemble avec le bus du groupe demain. Nous proposons de nous joindre à eux. Kobayashi san balance un : “Ii desu yo!” Bien sûr !!!


Plus d'info sur :
http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fjsw-masayuki.syncl.jp%2F&langpair=ja%7Cen&hl=fr&ie=UTF-8
(page traduite par google)

Vous pouvez voir les jun sky walker(s) il y a 10 ou 20 ans sur You tube :
http://fr.youtube.com/watch?v=OMkMSOnjy3I
http://fr.youtube.com/watch?v=mdwTnJkv0bU
Site officiel du groupe :
http://www.junskywalkers.jp/

Repost 0
Published by Yanou - dans Osaka
commenter cet article
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 22:19

Pierre décide que nous allions ce soir en boîte. Comme il n'y est encore jamais allé au Japon, j'accepte de me joindre à lui. A minuit, plus de transports en commun, nous devons donc prendre le taxi depuis Hanazonocho jusqu'à Shinsaibashi, lieu bien connu pour ses night-clubs, en japonais naïto kurabu.
Sur une place, un rappeur du nom de Sinya Yamada fait une performance en public. Nous rencontrons alors Moku et Kobayashi san. Pierre fraternise très vite avec Kobayashi san et, comme il n'a pas de carte de visite, Pierre donne à Kobayashi san sa carte d'identité
, en lui disant qu'il le lui rendra demain. Kobayashi san hésite, puis lui donne finalement son permis de conduire. Pour que Pierre se souvienne de lui, Kobaysahi san écrit son nom en romaji et en kanji dans le passeport de Pierre. Kobayashi san nous invite à venir voir son concert demain, car Kobayashisan est batteur dans un groupe qui s'appelle les Jun sky walker's et Moku san en est le cameraman. À ce moment là, Moku san m'explique qu'il a une maison entre Tokyo et Nagoya et me dit que, si nous passons un jour par là-bas, il nous hébergera volontiers. Parole que je prends un peu à la légère tout d'abord.
Repost 0
Published by Yanou - dans Osaka
commenter cet article
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 18:03
Aujourd'hui est une journée particulière, en effet, Cédric, qui loge comme nous à la guest house d'Osaka (Bainan hôtel) va nous présenter une famille de potiers.
Nous arrivons donc  à Amagasaki dans la préfecture de Hyogo, très connue pour ses onze temples. En face des temples, l'atelier de poterie Kotonoura. Nous sommes tout d'abord accueillis par le fils, Hiroaki Wada et sa femme qui nous font visiter. Au fond de la pièce, un appareil faisant un bruit surprenant attire notre regard. Non, non, il ne s’agit pas la d'un appareil pour fabriquer du fois gras, mais pour empêcher la terre de contenir des bulles.


Car pour l'artisan d'art, tout doit être parfait. La terre, la forme de l'objet, la peinture et la cuisson, tout doit être parfait pour pouvoir apposer le sceau familial, synonyme de qualité. Il faut savoir que les Wada jettent 90 pour cent de leur production.
Nous montons à l'étage où le père, Tozan Wada, réalise la peinture. Ici, chaque pièce est unique et doit refléter l'âme de l'artiste.


Nous apprenons du fils que chaque saison à son service à thé. En hiver, par exemple, le bol est profond pour garder la chaleur alors qu'en été, il est plus évasé.
Vers 11h, nous prenons le thé avec la famille, Tozan san nous raconte ses voyages en France et ses expositions.

Plus d'info :
http://www.2000cranes.com/Kotoura-Kiln.htm

Puis nous sommes invités par Kazuku san, la femme de Hiroaki san, qui a quasiment mon âge. Nous nous rendons chez sa mère où nous mangeons à la japonaise. Une dame arrive. C'est une couturière qui confectionne des kimonos. Kazuku san m'invite alors à voir sa nouvelle tenue et, en moins de temps qu'il ne me faut pour réaliser ce qui m'arrive, je me retrouve en kimono !
Le bonbon rose à côté de la dame âgée, c'est moi !!!

Cet après midi, Kazuku san participe à une leçon de Cérémonie du thé et nous invite à y participer. Je reste en kimono pour l'occasion et il m'est difficile de rester en « seiza » pendant longtemps, c'est à dire à genoux. La leçon dure 3h30. Au bout d'un moment je ne sens plus mes chevilles, c'est dur !!!
Comme nous buvons du thé amer et parfois brûlant, nous mangeons aussi des gâteaux japonais, souvent peu sucrés. Kazuku san me propose de faire du thé. J’accepte, bien sûr, je ne fais pas tout car c'est bien trop compliqué pour une première fois. La sensei (professeur) goûte mon thé, puis c'est au tour de Pierre. Ouf, je m'en suis bien sortie.

Nous rentrons à la guest house heureux comme tout, avec des souvenirs plein la tête et plein l'appareil photo et aussi dans un sac, car la famille Wada nous a gentiment offert des poteries.
Repost 0
Published by Yanou - dans Osaka
commenter cet article
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 18:00

L'attraction d'Osaka, c'est le Super Tamade! Il y en a à peu près partout de Namba a Hanazonocho.

La première fois que nous sommes passés devant un Super Tamade, Pierre et moi, c'est la lumière et toutes ces couleurs qui nous ont donné l'envie d'entrer. Mais qu'est-ce qu'un Super Tamade?

D'après vous? Et bien il s'agit tout simplement d'un supermarché discount du même niveau que Lidl ou ED...

... Dont les murs sont recouverts de néons, sympa comme supermarché. En plus, c'est ouvert 7j/7 et 24h/24. Quelle consommation d'énergie !!!

Et dehors, qui trouve-t-on à ranger les vélos?
Un rangeur de vélos en bonne et due forme.
Repost 0
Published by Yanou - dans Osaka
commenter cet article