Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 16:47
Il n'est pas rare au Japon de trouver la culture dans les magasins. On peut acheter facilement des habits traditionnels ou portant des motifs japonais.
Ici, dans la préfecture de Yokohama, non loin de la station Sakuragicho, le mur du chemin de fer est recouvert de graph sur une immense distance. J'y retrouve des personnages :
undefined
Une Geisha malheureusement recouverte d'un tag. Avec toute la signification que cela implique.
undefined

undefined
Et deux darumas.

undefined
Sur le trajet de Tokyo, une pub faisant la promotion d'une boisson qui utilise le dragon shurijo d'Okinawa que l'on appelle kirin (la girafe). Le constat est rapide, bien qu'envahis de toute part par la technologie, les japonais sont toujours friand de tradition.
Repost 0
Published by Yanou - dans Arts
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 16:45
Au Japon, il y a les choses qui se font, et celles qui ne se font pas.

Voici donc quelques recommandations si vous allez un jour au Japon :

1- Ne jamais planter ses baguettes dans la nourriture, jamais, jamais, jamais !
undefined
En réalité, lorsqu'une personne décède au Japon, on lui prépare un dernier repas et on plante ses baguettes dedans. Donc planter ses baguettes dans sa nourriture est signe de mauvais présage.

2- Ne jamais manger du curry (kari) avec les baguettes. C'est montrer de l'orgueil ! 
undefined
La sauce de curry rendant le riz non collant, il devient très difficile de le manger avec des baguettes. Donc si vous mangez du curry, utilisez une cuillère. Ici, il y a beaucoup de restaurants de curry, bien que la spécialité vienne plus de l'Inde.

3- Ne pas mettre des fleurs dans une tasse si on veut pas qu'elle prenne le nom de : tasse à fleur.
undefined
En effet, pour certain japonais, chaque objet a une utilisation bien précise...

4- Vous devez retirer vos chaussures à l'entrée. Si vous ne voulez pas entendre des cris !
undefined
Car l'intérieur d'une maison ou d'un temple doit rester beau et propre et en aucun cas l'intérieur ne doit se trouver en contact avec l'extérieur, considéré comme sale.

5- Vous devez retirer vos chaussons avant de marcher sur des tatamis.
undefined
Il est important de retirer ses chaussons avant de marcher sur les tatamis, tout d'abord pour ne pas les abîmer et ensuite pour mieux apprécier le contact de la fibre de riz sous votre pied.
Ainsi, dans beaucoup de lieux ayant des tatamis sur le sol, les chaussons seront proscrits. Vous devrez vous satisfaire de marcher pieds nus ou en chaussettes.

Repost 0
Published by Yanou - dans Japon
commenter cet article
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 16:42
L'autre soir, alors que nous allions nous coucher, Chee san m’a demandé subitement si je pouvais lui couper les cheveux moyennant quelques yens. Une semaine après, lorsqu'elle en a le temps, je m'exécute. 

undefined
Elle voudrait, en fait, la même coupe de cheveux que moi. Je n'ai malheureusement pas trouvé la paire de ciseaux idéale, mais cela fera l'affaire.
Le lendemain, elle revient, satisfaite parce que ses collègues l'ont trouvée très à la mode.

Repost 0
Published by Yanou - dans Yokohama
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 18:07

= Va dehors, démon!

Le kari de Maiko :

Tout d'abord, hier, après être rentrée, j'ai fait des crêpes pour celles qui étaient dans la guest house : Heidy et  Mari san. Comme il restait de la pâte, j'en ai refait ce matin pour Yuri et Maiko. Cette dernière, toute contente, a alors décidé de préparer un plat et de m'en offrir pour ce midi. Voici donc le dryed kari de Maiko :
undefined
Du riz, des épices, des oeufs et du choux. Très bon !

Setsu bun :
undefined
L'autre jour, à la Human Academy, nous avons appris à faire un origami pour aujourd'hui, le 3 février. Car aujourd'hui c'est
節分, en hiragana : せつぶん, setsu bun.
Dans le petit panier en origami on met des haricots (o mame) et on les lance dehors en disant : Oni wa soto ! Fuku wa uchi ! Pour que les démons sortent de la maison et que les bons esprits entrent.

Laurent qui travaille à l'institut franco-japonais, me raconte qu'il fait ça chaque année en famille et que c'est le père qui, généralement, joue le rôle du démon. Dans les magasins, quand on achète des haricots, on nous donne un masque de démon comme celui-ci :
undefined
Au dos du masque se trouvent les explications :
undefined
Et aujourd'hui, je vais à une célébration au Jingia Iseyama qui est, comme son nom l'indique, sur un mont. (Yama = mont, montagne.)

Je m'étais fait la remarque à plusieurs reprises que j'aurai mieux fait de m'acheter un vélo de course plutôt qu'un VTC en raison du nombre de monts qu'il y a ici. Mais, après réflexion, je me congratule d'avoir acheté ce VTC, parce qu'aujourd'hui, il neige ! En sortant de la guest house, je vois un bus qui passe, je me dis que si un bus peut rouler, un vélo aussi, mais, ce que je n'avais pas vu, c'est que les bus ont des chaînes aux roues...
Ici, d'habitude tous les vélos roulent sur les trottoirs. Mais avec la neige et parce que c'est dimanche, il n'y a pas grand monde et les trottoirs sont encore plus dangereux que la route.

J'arrive donc en bas du mont où je laisse mon vélo pour continuer la route à pied. Sous la neige, le lieu saint est magnifique.
undefined
Je monte les escaliers et je m'arrête devant une statue représentant deux personnages se serrant l'un contre l'autre comme pour mieux se réchauffer.
undefined

Arrivée en haut, je ne vois pas grand monde, l'estrade qui a été montée pour la fête est enneigée. Je fais le tour et je prends quelques photos parce que je suis en avance. Des soeurs marchent dans la neige, je m'en inspirerai pour réaliser cette peinture.
Une file de gens attend devant un bâtiment. Je me dirige vers eux et vois une femme sortir de ce même bâtiment avec un grand sac en papier brun. Je lui demande ce qu'il y a dedans, elle me répond qu'elle ne le sait pas et commence à l'ouvrir. Je lui demande si elle l'a acheté. Elle me répond que non, ce sont des souvenirs gratuits du Jinza et me prie de faire la queue pour en avoir à mon tour. Je me dirige donc vers la fin de la file qui est à peine constituée d'une centaine de personnes en raison du temps. Je profite de l'attente pour demander à la femme derrière moi s'il va se produire une danse ou quelque chose de ce genre sur la scène. Mais elle m'explique qu'en raison de la neige, la célébration ne va pas se faire. Je ne saurai donc pas ce qui se passe durant cette fête... Un monsieur devant moi entend mes questions, se retourne et m'explique que, durant la célébration 400 enfants sont généralement présents. Nous avançons vite dans la queue, arrivés dans la pièce, les gens prennent eux-mêmes le paquet, je fais comme eux, puis on donne à chacun d'entre nous un petit sachet de haricot. La femme qui était derrière moi m'explique que je dois manger le nombre de haricots correspondant à mon âge et plaisante en disant que lorsque l'on a 100 ans, manger 100 haricots devient difficile.

Je retourne à la guest house, voila ce qu'il y avait dans le sac :
undefined- Une bière de 50 cl !!!
- Un paquet de soufflé au fromage
- Un paquet de cacahuètes
- Deux sachets de crackers avec quelques cacahuètes (les deux sachets dont le fond est blanc)
- Un paquet de chips
- Une gaufre recouverte de chocolat
- Des algues (le paquet avec le démon vert et blanc)
- Un sachet de soufflé parfumé aux nouilles???
- Un clochette en plâtre en forme de souris à porter avec le kimono fourni avec son socle et un petit panneau en bois
- Un pendentif en forme de souris accompagné d'une petite clochette, le tout à attacher au téléphone portable

Je mangerai les 30 haricots et jetterai le reste dans le jardin enneigé et espérant que les mauvais esprits resteront dehors...

Plus d'info :

Setsubun (
節分) est une fête nationale Japonaise non chômée qui célèbre l'arrivée du printemps selon l'ancien calendrier lunaire (calendrier agricole d'origine chinoise). De nos jours, elle est célébrée le 3 février de chaque année. (Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Setsubun)

 

Repost 0
Published by Yanou - dans Yokohama
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 16:39
Aujourd'hui c'est la chandeleur et ça se fête à l'institut franco-japonais de Yokohama !!!

(Kurepu no hi, le jour de la crêpe.)

Bonjour à tous,

J'arrive ce soir à l'institut de Yokohama et il y a un monde fou, il faut dire que les locaux ne sont pas énormes.
undefined
Nous avons, dans une salle de classe, un affichage de paysages bretons photographiés, des livres en français et en japonais que l'on peut consulter sur place, et dans la salle principales, des crêpes en train de cuir et des verres de cidres qui sont servis. 100 yens le verre de cidre!!!

Technique japonaise de la crêpe : La crêpe au cure-dent !
undefined
Ici, la crêpe beurre-sucre est à 300 yens. Koichiro m'explique que dans ce restaurant qui sert les crêpes aujourd'hui, la crêpes beurre-sucre est normalement à 1000 yens (6 euros) ce qui explique pourquoi autant de japonais font la queue. Je regarde le cuisinier préparer ses crêpes. Il les fait dans des poêles pas très larges de 25 cm environ. Pas de beurre d'abord, juste la pâte, pas de petite raclette en bois, ce qui fait que les crêpes sont très épaisses. Il est tout le temps plié en deux pour préparer les crêpes ce qui doit, à la longue, être assez pénible.
Lorsque la pâte est suffisamment cuite, il utilise un cure-dent pour décoller le bord de la crêpe et la plie avec ses mains. (Il ne la retourne pas.) 

undefined
Un peu de beurre fondu, du sucre et le tour est joué. Ce qui est rigolo, c'est de voir les japonais manger leur crêpe avec un cure-dent pour ne pas se salir les mains!


Des musiciens japonais jouent de la musique bretonne :
undefined

A l'étage inférieur, Laurent initie des japonais à la danse bretonne :
undefined
Pendant ce temps, je discute avec mes amis japonais, Koichiro et Hoshi qui sont venus pour l'occasion. Hoshi m'a apporté un exemplaire de son livre qui a été édité il y a quelques mois.

C'est un livre pour apprendre le français aux japonais. Une réédition va bientôt se faire car tous les livres sont déjà presque vendus, ce qui est une bonne nouvelle.

Repost 0
Published by Yanou - dans Yokohama
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 16:36
Mari est arrivée dans la journée. Bien que la prononciation de son prénom soit française, Mari est japonaise. Mais il faut savoir que son père, qui a travaillé en Algérie, parle français, ce qui explique peut-être pourquoi Mari fait des études dans le commerce international. Elle a 20 ans, et, avant de partir pendant un an étudier au Vietnam, elle s'est installée ici pour le mois et travaille de nuit dans une entreprise de livraison. Mari san n'arrête pas de travailler. Elle passe souvent 24h sans dormir pour préparer un examen ou pour pouvoir aller voir ses amis ou sa famille qui habite dans le sud de Yokohama. Elle n'est pas aussi superficielle que Yuri ou Maiko, mais conserve un peu de coquetterie comme ces petits bijoux collés sur son téléphone portable.


Chee san nous apporte des sachets solubles pour que nous puissions goûter à certains produits.
undefined
Le classique chocolat au lait est à mon goût bien moins bon que le vrai, puis je teste un sachet de céréales instantanées produit Nestlé que je ne trouve vraiment pas terrible. Mais le pire, c'est la soupe de riz soufflé épicée pour le petit déjeuner. Beuark !
Il est vrai que dans cette société où l'on travaille beaucoup et où l'on prend aussi beaucoup de temps dans les transports, on perd l'habitude de cuisiner. Malgré tout, il n'est pas rare que je vois nos petites japonaise oeuvrer dans la cuisine, à préparer des plats à moitié cuisinés, dans lesquels il faut ajouter à la sauce quelques ingrédients frais. Mais alors que l'on m'avait parlé d'un petit déjeuner typiquement japonais avec du poisson et du riz, je n'ai pas encore vu cela ni chez Hoshi, ni ici, et peut-être seulement une fois chez Koichiro.

Repost 0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 18:40
Elles s'appellent Yuri et Maiko, ont 25 ans, sont tout le temps fourrées ensemble et sont (comme beaucoup de japonaises) hyper superficielles. Elles sont arrivées hier et tout commence bien : pas de bonjour, pas d'au revoir. Bon, elles sont peut-être timides...

Sokabe san, notre propriétaire me dit qu'elles viennent de l'île de Shikoku, à environ deux heures d'avion d'ici, et qu'elles cherchent du travail, peut-être dans un cabaret...

Les jours prochains me permettront de vérifier leurs habitudes qui sont en général :

- de se coucher vers 5h du matin en faisant un bruit de pachyderme dans les escaliers.
- de se réveiller vers 10h, 11h ou midi et de passer 20 à 25 minutes sous la douche. Rectification : entre 45 min et 1h sous la douche...
- de passer une heure à se maquiller en téléphonant avec l'oreillette ou en regardant la télévision.
- de faire un bruit pas croyable en mangeant des nouilles.

Pourtant elles sont bien mimi ces petites japonaises :
undefined

Et elles m'aident beaucoup à progresser en japonais, surtout Maiko que je trouve la plus sympathique.

Repost 0
Published by Yanou - dans Yokohama
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 18:38
Après les faux ongles, mesdames et messieurs, Valérie-Anne a testé pour vous le masque de beauté !

Attention les yeux...
Tout d'abord, j'ouvre le paquet et je vois la photo sur l'emballage. Ca donne plutôt envie, non?
undefined

A l'intérieur, un papier imbibé de liquide dans lequel il y aurait des huiles essentielles, j'ai un doute, mais bon...
Toujours est-il que je pose avec difficulté le masque sur mon visage et voici le résultat : 
undefined

Est-ce que ça ressemble à la photo???
Je me regarde dans le miroir et j'explose de rire, un masque de beauté? Plutôt un masque de monstre, oui !
Ou plutôt un masque à fou rire, parce que je ne peux plus m'arrêter de rire après cela. Je demande à Heidy, dans un instant de repos, entre deux fous rires, de me prendre en photo.

 

Repost 0
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 18:37
Quand aujourd'hui j'ai vu cela, je me suis tout de suite arrêtée.

undefined
Mais qu'est-ce que c'est que tous ces objets?!
undefined
Des clefs USB déguisées. Quelle drôle d'idée!

Cela m'a aussitôt fait penser à d'autres objets que j'ai vu comme à Okinawa où je découvre dans un hyaku en shop une traduction du mot gâteau plus que surprenante :
undefined

A Kyoto je suis restée perplexe devant ce paquet de longs biscuits fourrés appelés "collon", undefined

ou cette pierre à encre que l'on utilise pour fabriquer l'encre de chine à partir d'un bâtonnet et que le traducteur n'a pas manqué de traduire par : "pierre de kencre". Là, je dis bravo, surtout que ce produit est présent dans beaucoup de hyaku en shop!
undefined

Et encore à Kyoto, une affiche présentant un mélange de français, d'anglais et de japonais sur le même produit, ce qui n'est pas rare. La plupart des japonais ne savent pas ce que cela veut dire, mais cela met un peu d'exotisme dans leur vie... 
undefined

Repost 0
Published by Yanou - dans Japon
commenter cet article
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 21:40

Ce matin je pars de nouveau vers le nord de Yokohama, mais un peu moins au nord cette fois, à la station Kamoi où se trouve le temple Rinko-ji dans lequel, aujourd'hui exceptionnellement, on peut acheter des Daruma.
undefined
La route est différente de celle que j'avais prise pour aller jusqu'au nord et encore plus difficile, mais le trajet est moins compliqué. Beaucoup d'immenses côtes qui me forcent à descendre de mon vélo. Et du haut de ces montagnes, des immeubles et des routes à perte de vue. Sur le coup, je regrette de ne pas m'être acheté un vélo de course plutôt que ce VTC.
Au bout de presqu'une heure de côtes et de descentes, j'arrive au temple. Au bas du temple, personne. Je vérifie que c'est bien ce jour qu'il y a le marché. Oui, c'est bien cela. Je gare mon vélo en bas de la côte et monte jusqu'au temple. Dans la cour, à un endroit, des paquets sont empilés. 
undefined
Deux personnes âgées arrivent et déposent un sac contenant un Daruma. Je prends tout d'abord cela pour des offrandes aux dieux du temple.
Mais j'apprendrais par la suite que ces poupées sont déposées là pour être ensuite brûlées parce que le voeu n'a pas été exaucé.

A l'entrée du temple, des musiciens jouent une musique traditionnelle.
undefined
J'enlève mes chaussures pour entrer dans le lieu saint. Les gens essayent de me regarder comme tout le monde, mais je sens qu'ils ne peuvent s'empêcher de se demander ce que je fais là.
Les darumas sont là, au centre de la pièce.
undefined
Daruma (
達磨 ou だるま) est le nom japonais de Bodhidharma.
Un daruma désigne aussi dans la culture japonaise une figurine à vœux. Plus d'informations sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Daruma
Les grands daruma sont magnifiques et j'aurai beaucoup aimé en acheter un, mais je devrai me contenter de deux petits comme souvenir...


Aujourd'hui est un jour particulier. En effet, le 28 janvier, on dessine l'oeil gauche du daruma. La poupée restera ainsi borgne pendant un an avant de recouvrer complètement la vue le 28 janvier de l'année suivante, où l'on peindra le deuxième oeil avant de retourner offrir la poupée au temple pour en acheter une autre.

Cette tradition bouddhiste rappelle l'histoire de Bodhidharma qui, pour éviter de s'endormir pendant sa longue méditation, se serait coupé les paupières.
 


Voir l'histoire complète de Bodhidharma sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bodhidharma.
Et nous rappelle a nous, que nous sommes comme des aveugles dans ce monde. 

Cela me fait penser à l'Allégorie de la caverne de Platon ainsi que le commentaire de Socrate dont vous pouvez avoir le résumé et les explications sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9gorie_de_la_caverne

Une femme prépare de la soupe dans le temple.
undefined 
Elle m'offre un verre et me propose de m'asseoir. Alors je commence à poser des questions. Cette boisson, appelée Amazake kakoo, est faite avec du riz et un autre aliment qu'ils appellent kooji. Ce n'est pas mauvais du tout. L'on me propose des gâteaux sablés en forme de pigeon et des crackers assez étonnants qui ont la particularité d'avoir des fruits de mer incrustés à l'intérieur. J'en garderai quelques uns pour les prendre en photo.
undefined
Je demande aussi des explications sur les Daruma. A l'écoute de mes questions que j’essaye de poser discrètement, le responsable de l'organisation du marché me demande si je suis reporter. Pour ne pas avoir à entrer dans des explications compliquées, je lui réponds que oui. Alors je sens que je prends d'un coup de l'importance. L'on m'apporte du thé que je suis la seule à boire et que je bois pour ne pas vexer mes hôtes.
Puis le responsable me demande si j'aime le saké et ouvre une bouteille exprès pour que je puisse en boire, à 10h du matin !!! Là encore, je fais un effort et, moi qui d'habitude n'aime pas le saké, je dois dire que celui-là, est très bon !
Pendant que je consomme tout cela, un homme, que je soupçonne être le fabricant de daruma, arrive et me dessine une poupée.
undefined 
Pour faire ce dessin, il tourne et retourne sans cesse la feuille à 180 degrés. Comme il le ferait pour peindre un daruma et me donne quelques explications sur les inscriptions qui apparaissent sur les daruma. Sur l'un des mien est écrit :
寿 kotobuki = longue vie.

Je m'apprête à partir avec quelques cartes de visite que l'on m'a données et, dans mon sac, une bière que le responsable m'a offerte. Mais une femme m'interpelle et me prie de rester pour la danse qui va être interprétée. Je me demande si, quelque part, ils ne la font pas exprès pour moi.
Je photographie le danseur enfilant son costume pour le dessiner plus tard.

Repost 0
Published by Yanou - dans Yokohama
commenter cet article