Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 17:36

Notre mission, si nous l'acceptons, est de nous rendre à Omote sando à Tokyo, rencontrer Laurent Poilvet, compagnon du tour de France et professeur de pâtisserie fine a Tokyo.
Tout à commence le jour où la voisine de Pierre, Madame Plouzenec, à oublié son portfeuille à sa banque. Ce n'est que deux jours après, qu'un homme bien intentionné, Mr Henri Douet, dit Riton, le lui rapporte.
Une conversation s'installe, durant laquelle Riton parle du retour de son ex-beau-frère pâtissier au Japon, prévu pour les fêtes de Noël.
Madame Plouzenec, n'en croyant pas ses oreilles, se hâte de prévenir Pierre.
Deux semaines passerons avant que Pierre ne rencontre notre pâtissier breton pour qu'ils se donnent rendez-vous à Tokyo.

Laurent Poilvet, profil

A Tokyo depuis 10 ans, marié avec une japonaise, Laurent Poilvet à ouvert une école de Pâtisserie il y a peu de temps.

Lorsque nous arrivons à son école, Laurent est en train de préparer son nouveau produit, du caramel au beurre salé de Bretagne.

Il nous fait goûter sa recette, puis les caramels de la Mère Poularde, une référence.
Les caramels frais de Laurent sont à notre avis bien meilleurs que ces autre à la saveur légèrement rance.
Il nous fait goûter différentes recettes puis nous invite très gentiment à manger dans un très bon restaurant où sont servis d'excellents sushis. Ensemble nous discutons de l'avenir de son site internet, entièrement destiné à un public japonais.

”Donne-moi les gâteaux" prononcé vite, revient-à dire ”Domo arigatoo"= merci.

Plus d'infos :
http://www.poilvet.net/
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 18:18
Bonjour à tous,

Aujourd'hui je pars d'Okinawa où il fait bon, mais c’est comme ça, quand faut y aller...
Natalie me dépose sur les coups de 7h à l'aéroport de Naha. Je fais peser mes bagages 25kg ni plus ni moins, c'est le poids maximal qui m'était autorisé pour le départ.

Au contrôle de sécurité, toujours pareil, on ne me demande pas mes papiers, juste mon titre d'embarquement.
Là je dois vider quasiment tout mon sac dans lequel il y a mon ordinateur et mes câbles informatiques ainsi que mon cutter que j'avais oublié...
La dame me le met dans une enveloppe et m'explique qu'à Haneda (aéroport de Tokyo pour les lignes intérieures) je pourrai le récupérer.

Je passe donc la ligne de départ avec mon matériel et, chose inespérée, avec une bouteille d'eau et de la nourriture...

La glace au tarot :


undefinedEn attendant le départ qui est à 8h05, je prends une photo du vendeur de glace qui est installé à l'intérieur de l'aéroport car j'avais oublié de vous dire que, si sur l'île principale ils aiment tout ce qui est parfumé au thé vert et au café, ici, à Okinawa, c'est le tarot et la patate douce qui sont en tête. Ainsi ils font des gâteaux parfumés à la patate douce ou au tarot mais aussi des glaces que j'ai beaucoup aimées ! Non, pas uniquement parce que le violet est ma couleur préférée!

L'avion est encore pratiquement vide, et alors qu'à Okinawa j'ai pu rencontrer beaucoup de gaijin (étrangers), dans l'avion, je suis sans doute la seule personne ou presque de type européen. L'engin prépare son envol, à l'extérieur, les gens s'occupant de la sécurité nous font de grands signes de la main en guise d'au revoir.

Un peu plus loin, j'observe un fait pour le moins incongru :

undefinedSur une surface immensément vide de l'aéroport, deux japonais balaient le sol.
undefinedJe les observe sans vraiment comprendre pourquoi ils travaillent à nettoyer cet endroit.

L'avion décolle, nous voyons de loin l'île qui diminue, puis ce sont d'immenses nuages qui entourent l'engin.
undefined
Nous volons au-dessus de ces nappes de cotton.
undefined

Dans l'avion, l'hôtesse me propose encore du bouillon de poule qu'ils appellent "konsumé", en référence au consommé de volaille, mais je préfère cette fois un bon petit café au lait pour accompagner mon sandwich au beurre de cacahuète et à la confiture que Natalie m'a gentiment préparé.

Arrivée à Haneda :

undefined
J'arrive donc à l'aéroport Haneda, je récupère ma valise et mon cutter avant de prendre le train pour aller chez Hoshi. Il ne peut malheureusement pas venir me chercher puisqu'il donne un cours, mais il me promet d'être là pour le repas du midi. Je prends donc le train Keikyu comme il me l'a indiqué : Shinagawa, puis Yamanote dir. shinjuku et ikebukuro arrêt takadanobaba puis Seibu-shinjuku arrêt kamishakujii. J'ai du mal à trouver un ascenseur à chaque changement, et à takadanobaba, un ouvrier de la sécurité m'aide à monter ma valise parce que l'escalator est en panne. Comme je vous l'ai dit dans un précèdent article, il y a toujours un ouvrier chargé de la sécurité qui ne fait que diriger les passants quand il y a des travaux.

Bref, à 12h j'arrive enfin à l'appartement de Hoshi qui n'est pas encore arrivé.
Demain je pars à Yokohama pour organiser ma future exposition à l'institut franco-japonais.
Hoshi arrive. Après le repas, il appelle mon futur propriétaire (qui ne parle pas anglais) pour m'arranger un rendez-vous le lendemain avec lui. J'apprends que nous n'aurons pas Internet dans la guest house comme c'était indiqué sur le site Internet que j'ai fait traduire par google :
http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fblog.livedoor.jp%2Fsokguesthouse1%2
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 19:50
Bonjour à tous,

Ce midi j'ai rendez-vous devant la Tour de Tokyo avec M. Stéphane Péan, adjoint PDG de Peugeot - Citroën et de l'Association des Bretons du Japon.

La tour de Tokyo, c'est en fait elle que j'avais photographiée l'autre jour en remarquant qu'elle ressemblait à la tour Eiffel!
Et plus qu'une simple ressemblance, les japonais se sont servis de ça pour vendre en souvenirs les mêmes reproductions que celles de notre tour Eiffel avec simplement marqué "Tokyo Tower" sur des Tour Eiffel argentées, dorées, sous la neige...

M. Péan m'invite dans un restaurant de soba (vous savez, ces nouilles que les japonais font avec de la farine de sarrasin) où nous échangeons quelques propos.

ID-Tokyo-web.jpg
Interview :
Ryoko : Tout d'abord quelques questions personnelles :
Pourquoi vivez-vous au Japon?
M. Pean : Un vieux rêve qui date de 1997, année où je suis allé pour la première fois au Japon ... invité par une Japonaise avec laquelle je me suis marié à Saint-Malo en 1999.

Quelles sont les différences entre le Japon que vous aviez imaginé et le Japon que vous avez découvert en arrivant?
Difficile à dire. Le Japon se découvre lentement avec beaucoup de perturbations et de remises en cause. Je ne suis même pas sûr de pouvoir comprendre ce pays complètement ...
 
Que pensez-vous des paysages ainsi que de l'urbanisme Japonais ?
Contrairement à l'esprit occidental, les Japonais mélangent les genres et tout évolue rapidement sans nostalgie. La culture traditionnelle se mélange au modernisme le plus radical. Les quartiers géants futuristes côtoient les parcs et jardins traditionnels. Les Japonais aiment aussi représenter le changement des saisons. Leur regard sur la nature est très artistique ...

Qu'aimez-vous, ou qu'est-ce que vous n'aimez pas au Japon ou chez les Japonais?
Je trouve que les hommes, contrairement aux femmes, sont assez effacés. La société japonaise est très cloisonnée. Les identités des gens sont avant tout collectives, il est donc très difficile pour un étranger (pour les Japonais aussi) de passer d'un milieu à un autre. Mais les réseaux sociaux se développent au Japon (voir Mixi) ...

Quel est l'évènement qui vous a le plus marqué depuis votre arrivée au Japon?
Les tremblements de terre. J'en fais parfois des cauchemars. J'ai été marqué par celui de l'été 2005 : je ne pouvais pas tenir debout, au 2ème étage d'une maison individuelle.  

Trouvez-vous qu'il y a ou non des point communs entre le Japon et la Bretagne?
Nous sommes très différents mais avons des points communs : les traditions toujours vivaces et réinventées, la mer, un passé rural, une volonté de se projeter en avant.

Est-il difficile pour un occidental de s'adapter au rythme de travail des Japonais?
Méfions nous. Les Japonais restent tard au travail pour des raisons avant tout culturelles (relation à la famille). Ils sont en réalité très peu productifs ... L'entreprise joue surtout un rôle social.  

Avez-vous eu des difficultés à vous adapter à l'art culinaire japonais?
On s'habitue très vite. Il y a aussi des restaurants de grande qualité à Tokyo et pas seulement des fast - food japonais.

Les bonnes KRAMPOUEZH   MAM - GOZ vous manquent-elles?
La cuisine française en général et la cuisine bretonne en particulier. Vivement noël, retour en Bretagne ... 

Ensuite en rapport avec l'association :
Qu'est-ce qui vous a motivé pour devenir président de l'association des Bretons du Japon?
Nous avions décidé de monter une association loi 1901 pour faire la promotion de la Bretagne au Japon et créer des liens entre notre région (comprenant la Loire-Atlantique) et le Japon.  

Quels sont vos projets pour l'association des Bretons du Japon?
Nous avons lancé plusieurs commissions. Jumelage : pour promouvoir de nouveaux échanges entre collectivités locales.  Networking : pour faciliter les relations professionnelles entre individus.  Culture : pour promouvoir notre identité culturelle auprès des Japonais. Communication : pour échanger entre adhérents et non adhérents, Bretons et Japonais lors d'événements.

L'association des Bretons du Japon va-t-elle soutenir un projet culturel et artistique cette année?
Très probablement. En février prochain lors de la Chandeleur fêtée à l'Institut Franco - Japonais de Yokohama, nous allons mettre en avant une artiste bretonne de talent qui présentera ses oeuvres. Des contacts sont en cours parallèlement avec l'association COULEURS DE BRETAGNE.
Doit-on laisser aux lecteurs de ce blog deviner qui peut bien être cette artiste ?  
 
A bientôt sur Tokyo.
Stéphane Péan
http://bretonsdujapon.wordpress.com/
 
Après être sortis du restaurant, M. Péan me montre ceci dans une boutique. Savez-vous ce que c'est?
biscuits.jpg

....De bons gâteaux bretons (fabriqués au Japon) au caramel et beurre salé de Bretagne!! C'est écrit dessus en haut en katakana : Berutaniu !!!
M. Péan me fait d'ailleurs remarquer qu'ils ont situé la provenance des gâteaux (marquée par un point sur la carte, mais peu visible ici) un peu en dessous de la Bretagne...

Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 19:44
Bonsoir à tous,
Aujourd'hui j'ai eu un malheureux rendez-vous manqué avec le président de l'association des Bretons Du Japon. Je me suis donc retrouvée en plein centre de Tokyo après 1h30 de trajet, dans un endroit où il y a des buildings partout...
in-the-street.jpg
J'en profite pour photographier un bâtiment qui me fait penser à notre tour Eiffel et que je peindrai par la suite.
Encore 1h30 de trajet pour retourner à Nerima...
O Yasumi...
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 16:37
le-03-ig-01.jpg
Pour ceux qui ne le savent pas, au Japon, on roule à gauche.
Hoshi m'explique : C'est Napoléon qui a décidé, après sa défaite avec les anglais, de faire que les véhicules en France roulent à droite. Le saviez-vous?
Donc, par rapport à la France, tout est inversé. On roule à gauche, on marche à gauche, on a la tête en bas et on lit de droite à gauche. Mais là, c'est un autre sujet...
On m'a demandé comment sont les trains et les bus ici.
Je n'ai pas souvent pris le bus, ils sont comme les nôtres, à part qu'on paye quand on sort et non quand on rentre dedans. On prend un ticket à l'entrée qui indique le tarif à payer suivant la distance parcourue.
Par contre, au début j'étais un peu perdue parce que je retenais les numéros en pensant qu'il s'agissait des numéros de lignes. En réalité ce sont les numéros des quais...
Pour les trains il faut prendre le ticket avant et le passer, comme dans le métro parisien, dans une borne pour le faire valider. Koichiro m'a donne une carte à recharger, pratique.
Et puis il y a plusieurs stations qui s'appellent à peu près pareil.
Mais ce qui est bien, c'est que si on a loupé l'arrêt, il suffit de sortir au suivant, changer de quai, reprendre le train dans l'autre sens et on ne paye pas plus cher.
En réalité, les trains de Tokyo me font vraiment penser au métro parisien à la différence qu'ils fonctionnent en extérieur.

Quand les vélos sont rois :
 
le-03-ig-02.jpg
Au Japon, les vélos ont tous les droits. Ils peuvent rouler sur la route comme sur le trottoir, il y a même des symboles sur les trottoirs pour dire aux conducteurs de vélos quand ils doivent s'arrêter! Hoshi m'explique. Les gens ont le droit de rouler sur le trottoir parce qu'un accident impliquant un cycliste et un piéton est beaucoup moins important qu'un accident impliquant un cycliste et une voiture.
C'est bien pensé, mais il serait bon dans ce cas d'élargir les trottoirs...
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 19:35
le-tenple.jpg 
Bonjour à tous, 
Aujourd'hui Koichiro m'a fait le plaisir de m'accompagner au musée Ueno de Tokyo. 

ueno-KO-01.jpg
J'ai pu voir beaucoup d'armures de samouraïs, de vêtements, d'écritoires, de magnifiques éventails et des paravents somptueux, sans compter les peintures traditionnelles, les salles vouées au culte de bouddha et la surprise de voir qu'ils ont une salle dédie a l'arrivée du christianisme au Japon.
enventail.jpg
ueno-visqges.jpgueno-boites-01-copie-1.jpg


 
Play by FoxSaver
 
Play by FoxSaver
 
ueno-boites-01-copie-1.jpgPlay by FoxSaver
  ction myFoxSaverReady() {foxsaver_dd = new FoxSaver.YUI.util.DD("fs_play_button_in_page");foxsaver_dd.setHandleElId("fs_dd_handle_area"); var anim = new FoxSaver.YUI.util.Anim("fs_play_button_in_page", {duration:0.3,height: {from:0,to:20},opacity: { from:0,to:0.8}});anim.animate();};FoxSaver.YUI.util.Event.onAvailable("fs_play_button_in_page",myFoxSaverReady);
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 13:33

Aujourd'hui, je suis allée avec Hoshi à la piscine.
Après avoir acheté un bonnet de bain, nous avons pris nos tickets distribués par un guichet automatique et nous nous sommes donnés rendez-vous à l'intérieure de la piscine. Leurs piscines ressemblent aux nôtres à part le fait que je n'ai pas trouvé de cabine d'essayage.
Après m'être changée et avoir compris le système d'ouverture de la consigne, j'ai pris ma petite douche sous les yeux ébahis d'un enfant me regardant le nombril. Pour ceux qui ne le savent pas, à cet endroit se trouve un tatouage. Il faut dire qu'ici, seuls les yakuzas en portent. La pauvre Angelina Joli ne serait pas comment s'habiller avec sa vingtaine de tatouages sur le corps...
Bref, toujours est-il qu'Hoshi s'est posé la question de savoir si oui ou non, on me laisserait rentrer. Mais mon apparence d'européenne aura eu le dessus sur mon tatouage.
Arrivée a l'intérieur, j'attends Hoshi quelques minutes sur une chaise pour me rendre compte qu'il est déjà dans l'eau...
Je m'approche du bord de la piscine, je lui demande si je peux plonger. Oui, me dit-il. Cool. Je m'apprête à aller dans l'eau quand un maître nageur me demande de retirer ma boucle d'oreille. je la lui tends, mais il me fait comprendre qu'il ne peut pas me la mettre de côté. Je retourne donc dans le vestiaire des femmes, vers ma consigne, pour l'y mettre. Bon, je reviens, prends mon élan et je plonge. Magnifique plongeons à cela près que mon bonnet s'est enlevé. Je me mets alors debout pour le remettre et un maître nageur armé d'un mégaphone me dit qu'il est interdit de plonger et d'enlever son bonnet dans l'eau. A cette instant une sonnerie retentit, tout le monde sort de l'eau. Je venais juste d'y rentrer moi...
Hoshi s'excuse, il pensais que je voulais plonger en apnée et m'explique, on sort de l'eau pour ne pas que la température du corps ne chute trop, on nous fait sortir de l'eau toutes les trente minutes. Mais je venais juste d'y rentrer moi !
Malgré tout, après une bonne demie-heure de longueurs et après m'être rendu compte qu'ici, on a pied partout, on rentre, crevés, la faim au ventre, Hoshi par le bus, moi a pied, pour le plaisir de me balader.
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:33
Livre

Bonjour à tous, aujourd'hui je suis allée à la bibliothèque. Je ne peux malheureusement pas encore emprunter de livres parce que je n'ai pas encore reçu ma carte de résidente. De ce fait, il y a beaucoup de choses que je ne peux pas non plus faire...
Hier le côté enfants de la bibliothèque était fermé. Je me suis donc baladée côté adultes, mais les livres, trop compliqués, ne m'ont pas permis de lire.
Donc aujourd'hui j'ai pu lire quelques livres destinés aux tout-petits, ceux qui ont quatre ou cinq lignes d'écritures pour une double page illustrée. Ce qui est bien, c'est que ces livres sont écrits en hiraganas.
J'ai encore quelques difficultés à lire les katakanas, quand aux kanjis, ce n'est même pas la peine d'en parler.
En vérité, ici, je me sens comme une enfant. Je ne sais pas lire et je ne comprends pas tout ce qu'on me raconte. Mais je ne suis pas une enfant. Et ma présence à la bibliothèque a permis aux parents d'avoir un sujet de conversation et j'ai senti que le bibliothécaire n'appréciait pas ma présence. En effet, il est interdit pour un adulte non accompagné d'un enfant d'avoir accès à cette littérature enfantine. J'en suis très surprise, mais je ne lâcherai pas le morceau car, comment voudriez-vous que je fasse des progrès si je n'ai pas accès à ces livres...
J'ai décidé d'y retourner à chaque fois que je le pourrai, je me dis que de cette manière je rencontrerai peut-être des gens avec lesquels je pourrai discuter tout en faisant évoluer mon illettrisme japonais.
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 13:31
P1030333.JPG
L'autre jour, je me baladais dans la rue quand j'ai vu des mangas dans un carton destiné au tri sélectif. Je vérifie à droite puis à gauche pour ne pas faire celle qui fouille dans les poubelles puis je me sers, en faisant bien attention à prendre des mangas que je peux lire, c'est à dire ceux dans lesquels les kanjis sont transcrits en hiragana sur le côté.
J'en prends trois. Même si on peut trouver ce type de produit pour environ 300 yens en librairie, cela fait toujours ça de moins à acheter, et c'est du recyclage...
Toute contente, je raconte cela a Hoshi qui me dit de faire très attention. En effet, c'est interdit de prendre les affaires destinées au tri ! Je risque des soucis avec la justice !
Par contre, je peux fouiller dans les poubelles. Ben tiens, c'est dégueu de fouiller dans les poubelles, c'est pour ça que c'est autorisé...
Il me raconte qu'il y a eu des procès parce que certaines personnes ont pris des choses comme cela, certains ont perdu leur procès, d'autres, quand même, l'ont gagné.
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 13:24
Aujourd'hui, je pars faire quelques courses quand je vois un camion-benne qui ramasse tout un stock de vélos. Je me renseigne auprès de Hoshi. Oui, c'est normal, cela fait trois mois qu'il y a un panneau demandant à ce que chacun récupère son bien. Les vélos qui restent à traîner seront débarrassés.
C'est dommage alors, j'aurai pu en récupérer un pour moi !
Non me dit-il, car sinon tu risques des soucis avec la police. Les vélos sont tous immatriculés, et ici, ils sont clairement répertoriés.
Ils ne vont pas à la déchetterie. Ils vont être récupérés par des groupes de personnes âgées qui vont les réparer pour les revendre...

velo.jpg
Repost 0
Published by Yanou - dans Tokyo
commenter cet article